/

La Maison Citoyenne lance son financement participatif

Depuis quelques années, nous voyons de nouveaux projets émerger. Des projets réalisés par et pour des citoyens. Pas n’importe lesquels : ceux qui ont envie de plus de solidarité, tout en faisant bouger les choses à leur échelle. Des projets qui s’organisent généralement à des échelles très locales comme une ville, un village ou même un quartier.

Ces espaces – aussi appelés tiers-lieux – permettent de matérialiser de façon pérenne les idées et l’énergie qu’on a pu voir émerger lors des rassemblements comme Nuits Debout. Notre Dame-des-Landes, les Sheds à Kingersheim ou la maison Citoyenne à Strasbourg, au cœur du quartier Neudorf, en sont de bon exemples.

Aujourd’hui, cette dernière organise son premier financement participatif, afin de finaliser une étape importante de son projet. À cette occasion, nous sommes allés interviewer les bénévoles.

 

LADE : Pouvez-vous nous parler du projet collectif de « Maison Citoyenne » ? De quoi s’agit-il ?

La Maison Citoyenne, c’est un projet citoyen, un lieu pour vous, pour nous, pour tous. Dans cet endroit, déjà surnommé le « café des possibles », l’idée est que chacun a quelque chose à apporter, peut poser une pierre à l’édifice. Et puisse finalement faire parti de cette dynamique citoyenne.

Vous l’aurez compris, cette Maison deviendra aussi un café, un endroit pour se réunir, discuter, partager un moment convivial riche en rencontres et en découvertes. Nous souhaitons que ce lieu permette à chacun de se réapproprier des savoirs, mais aussi de découvrir d’autres habitudes, alimentaires, par exemple. C’est aussi par le biais des animations, que ce soit autour du compostage ou de l’agriculture urbaine, que nous voulons favoriser la transition écologique.

D’autre part, nous souhaitons que la Maison puisse accueillir d’autres associations, pour des réunions ou du co-working, et soutenir leurs projets et/ou événements.

LADE : Vous souvenez-vous dans quelles conditions il a émergé en 2015 ?

La Maison où nous sommes actuellement devait être détruite par la SERS. Mais finalement comme ils connaissaient bien Emmanuel, directeur de l’association Éco-Quartier, ils lui ont proposé de mettre la maison à disposition pour un projet citoyen/écologique. Une fois la Maison « sauvée », Maïté, bénévole et 1er Service Civique à avoir rejoint l’aventure, a fait un micro-trottoir pour savoir ce que je les gens souhaiteraient faire de cette maison au sein du quartier. C’est ainsi que le projet Maison Citoyenne est né.

 

LADE : Comment s’est passée la découverte de « La » maison, du lieu qui matérialise en ce moment cette dynamique collective ? Que cherchiez-vous ? Pourquoi selon vous est-il important que de telles démarches puissent bénéficier d’un lieu « physique », à l’heure où Internet permet le partage d’initiatives et la participation à toute allure ?

Elle s’est matérialisée au fur et à mesure des envies de chacun. Elle a beaucoup évolué au fil du temps : la forme qu’on voulait lui donner, les couleurs (qui sont arrivées un peu par hasard) et ce qu’on voulait y faire… L’important pour nous est d’avoir un lieu physique, pour permettre aux gens de lâcher leurs écrans, de rompre avec l’isolement que procure ce monde mondialisé.

Internet est fantastique dans la mesure où on a accès à une quantité d’informations quasi-illimitée, que l’on peut discuter avec une personne vivant à l’autre bout du monde. Mais, du coup, on en oublie les personnes qui vivent à côté de chez nous, que juste en bas, il y a un monde qui existe et que nous pouvons y avoir un impact.

Si nous souhaitons voir ce lieu exister, c’est justement pour que les gens puissent à nouveau se rencontrer et connaître leurs voisins, mais aussi se réapproprier l’espace où ils vivent et cela, en participant ensemble. De plus, cette vive allure que procure internet pousse parfois à oublier qu’on peut prendre le temps. Finalement on pourrait voir la Maison Citoyenne comme une graine qu’on a plantée là. Chacun peut venir voir cette graine grandir, mais aussi la nourrir avec de l’eau, de l’énergie positive. Il faut donc prendre le temps de voir cette graine pousser et se transformer en plante qui va elle-même grandir en suivant la direction qu’on lui donne. Pour un jour se retrouver devant un arbre inébranlable. Tout va trop vite aujourd’hui, du nouveau smartphone qui devient obsolète au bout d’un ou deux ans aux mille et un projets qui naissent à travers le monde. Et si tout simplement, nous prenions le temps de regarder ce qu’il y a à côté de chez nous ? Peut-être découvrirons nous des choses que nous ne voyons même plus ?

De gauche à droite : Delphine, membre des groupes Chantier / Financement / Comité de pilotage et Antoine, Service Civique / Coordination des bénévoles / Membre des différents groupes de travail.

LADE : Par quelles étapes le collectif est-il passé pour arriver au projet tel qu’il est aujourd’hui ? C’est-à-dire un espace qui mix la mise en avant de projets citoyens, un lieu de coworking, de location de matériel, et surtout la mise en place d’un café associatif. Combien de personnes en tout ont participé à ce projet ? Venaient-elles tout du Neudorf ?

Après les micro-trottoirs, il fallait lancer le projet. Comme le disait Cicéron « l’Argent est le nerf de la Guerre ». Il fallait donc trouver des financements. C’était la première grande étape et nous avons mis presque 2 ans pour trouver les fonds nécessaires à la réhabilitation de la Maison. On s’est également penchés sur le type de gouvernance que l’on souhaitait appliquer à ce projet. Comment fonctionnerait cette maison, quel seraient les besoins et les opportunités de ce lieu… Un tas de questions qui trouvaient parfois des réponses, et qui parfois en soulevaient d’autres.

Antoine nous explique le futur agencement du café et les solutions – écologiques – d’isolement mis en place par l’équipe bénévole

Beaucoup de personnes ont travaillé sur ce projet depuis ses débuts : des salariés, des bénévoles, des services civiques…Et aussi des curieux, qui de par leurs questions, nous ouvraient de nouvelles portes. Je ne saurais vous dire précisément combien de personne ont participé en tout, mais il y en a un sacré nombre. Cela étant dit, ce sont des gens de tout Strasbourg et même d’ailleurs. Il n’y a pas besoin de faire partie du quartier pour faire partie du projet.

LADE : Afin de finaliser les travaux de la maison et la décoration du café associatif, vous vous lancez dans un financement participatif. Est-ce votre première expérience du financement participatif ? Comment cela se passe-t-il pour le moment ?

En effet, il s’agit là de notre première campagne de financement participatif. On en découvre petit à petit les nuances, mais pour l’instant on s’en sort bien. Nous recherchons 25 000€ pour les derniers travaux et l’aménagement de notre futur café : dernière ligne droite avant son ouverture en septembre ! Heureusement nous avons aussi beaucoup de partenaires qui ont proposé de nous soutenir en nous offrant des rétributions pour les dons de campagnes. Nous avons aussi une équipe de bénévoles au groupe Communication qui est au top pour relayer les avancées. D’ailleurs si vos lecteurs sont intéressés, ils peuvent sans hésiter venir sur notre site internet www.maison-citoyenne.org. Il y a toutes les informations relatives à notre campagne de financement.

LADE : Souhaitez-vous ajouter un mot pour nos lecteurs qui souhaiteraient faire naître ce type d’initiative ? À quoi doivent-il se préparer ?

Gardez en tête les raisons de “pourquoi vous voulez le faire”. Ce ne sera pas toujours facile mais en gardant en tête ces raisons-là, vous ne lâcherez pas l’affaire. Et surtout vous créerez une énergie autour de vous qui donnera envie aux futurs bénévoles, sympathisants, etc. de porter ce projet avec vous. Je n’ai qu’une citation qui me vient en tête : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ! »

Cela dit, préparez-vous à faire de magnifiques rencontres, à découvrir des savoirs et un monde que l’on ne soupçonnait peut être pas. Préparez vous aussi à prendre le temps, parce que Rome ne s’est pas construite en un jour, et pour sûr, vous rencontrerez des obstacles, des moments de creux ou une perte de volonté. Mais en gardant les raisons de votre projet en tête, ça ne vous arrêtera pas, bien au contraire cela vous rendra beaucoup plus fort !

La Maison Citoyenne du Neudorf à Strasbourg

Pour soutenir le projet :

www.helloasso.com (de petits cadeaux sont même prévus en échange de votre aide)

Pour la trouver / rencontrer l’équipe / participer :

2a, Rue du grand couronné
67100, Strasbourg

Site webwww.maison-citoyenne.org

Page Facebook@lieucitoyen

Merci à Delphine et Antoine qui ont bien voulu répondre à nos questions et nous faire visiter la Maison Citoyenne.

    Cyrielle Renault

    Laura Haas

Jetez-y un œil

Emploi/En clair/Écologie

5 février 2019

Plan de mobilité entreprise : quelques idées [Infographie]

Écologie/Emploi/C’est déjà demain

19 octobre 2018

Au cœur des Ressourceries : le réseau national [Dossier : les Ressourceries]

Le Forum DD 2018 – 3 questions à Guillaume Kauffmann

Regards d’êtres/Emploi/Nouveaux modèles économiques/Écologie

17 octobre 2018

Le Forum DD 2018 – 3 questions à Guillaume Kauffmann

Santé/S’enrichir/Écologie

17 mai 2018

Ma santé, ma planète, mon budget