//

Changer de regard : plongée dans Aussitôt fée [Dossier : les Ressourceries]

Notre dossier sur les Ressourceries continue. Grâce à nos précédents articles, vous avez été en mesure de découvrir le fonctionnement de ces structures réunissant intérêt économique (création d’emploi, développement d’une économie locale…) et écologique (réduction des déchets, ré-employabilité…) mais aussi de mieux comprendre la place du Réseau National des Ressourceries, assurant la cohésion du message, le respect des valeurs et le développement d’outils pour accompagner les créateurs de Ressourceries.

À l’image de ces hommes et de ces femmes qui s’impliquent dans le développement de telles structures, les formes que prennent les Ressourceries sont variées et tentent principalement de répondre au besoin d’un territoire. C’est dans cette optique qu’Elodie Pompey a créé en 2012 la Ressourcerie Aussitôt Fée, complétée par l’activité d’Aussitôt Dit (atelier d’écriture, d’expression et lutte contre l’illettrisme). Un double enjeu car il ne faut pas oublier qu’une Ressourcerie accueille parfois des personnes dans le besoin… Qui ont ainsi la possibilité de trouver à peu de frais, des vêtements, des meubles, des jouets… De seconde main mais encore en parfait état.

Dans ce troisième article, Elodie Pompey vient ainsi témoigner de la vocation solidaire des Ressourceries.

 

Aussitôt Dit... Aussitôt Fée - Élodie Pompey

En plus de la Ressourcerie « Aussitôt Fée », Élodie développe une activité artistique : « Aussitôt dit ». Auteure, elle mène des ateliers d’écriture et d’expression qui lutte contre l’illettrisme.

Quand art et action solidaire se rencontrent

L’Appel d’Être : Présentez-nous votre Ressourcerie. Quelles sont vos principales activités ?

Ma Ressourcerie s’appelle « Aussitôt fée ». Sa première activité est la protection de l’environnement. Nous collectons ce dont les personnes ne veulent plus, puis nous trions. La deuxième activité consiste à montrer que ces « déchets » collectés ont une valeur :

  • Économique (nous en proposons à la vente),
  • Sociale (nous soutenons des personnes démunies),
  • Ou artistique (certains objets sont revalorisés dans des projets culturels).

LADE : Qu’est-ce qui vous a donné l’envie / l’idée d’ouvrir une Ressourcerie ?

Je pense que tout a commencé par des ateliers d’écriture que je menais à Tôt t’Art. J’y ai rencontré des gens qui manquaient de tout… Je me suis dit « c’est dingue alors que j’ai des amis qui jettent des éléments qui pourraient les aider à souffler ». J’ai commencé à collecter dans mon garage.

Cependant, en entrant dans la Coopérative d’Activité et d’Emploi qui héberge mon activité, Stéphane Bossuet (ndlr : gérant et formateur) nous a proposé un exercice de groupe. Il fallait que je parle de mon projet à une personne que je ne connaissais pas. Elle m’a écoutée et elle m’a dit une chose qui m’a frappée : « Tu as vécu en Afrique quand tu étais petite. Ton projet vient de là, de ce voyage qui t’a marquée. » En effet, j’ai vécu en Côte d’Ivoire 6 ans et 2 ans au Sénégal, là où une personne peut faire vivre toute sa famille avec peu de choses. Il y a avait beaucoup de récup. Je me souviens notamment de petites voitures fabriquées avec des canettes…

 

Développer un projet collectif et singulier

LADE : Nous comprenons mieux votre démarche: votre expérience vous a servi d’exemple. Comment s’organise votre ressourcerie pour récolter les objets dont les gens ne veulent plus ? Y’a-t-il des collectes ou des points de collectes ? Peut-on prendre rendez-vous pour un enlèvement ?

La Ressourcerie Aussitôt Fée

Une Ressourcerie demande un travail important de logistique, auquel contribue parfois les bénévoles d’Aussitôt Fée.

À Aussitôt fée, pour stimuler la collecte des objets, nous passons beaucoup par les réseaux sociaux (notamment Facebook) en faisant des appels. Cela nous permet de recevoir ce dont nous manquons. Nous communiquons également sur des salons, des rencontres, etc. C’est une manière d’aller à la rencontre de l’autre. L’objectif est d’avoir une logique écologique soutenue. Il serait contre productif de collecter à outrance, sans savoir que faire des éléments ensuite.

Nous ne faisons pas d’enlèvements et ce sont les personnes qui déposent. Certaines vont plus loin, en emportant nos « inutilisables » quand elles se rendent en déchetterie. Elles participent. Il est important que ce lieu ne soit pas vécu comme un lieu de consommation de plus, mais comme un lieu coopératif.

LADE : En France, il existe un réseau national des Ressourceries, en faites-vous partie ?

J’ai essayé, j’ai voulu un temps. Le réseau s’accompagne d’une charte. Il y a des points que je ne pouvais/voulais pas remplir. Je ne suis pas sûre que j’aurais pu donner à Aussitôt fée le visage spécifique qu’elle a aujourd’hui.

LADE : Travaillez-vous avec la collectivité locale ? Avec d’autres partenaires ?

La plupart des partenaires sont des partenaires locaux. Petit à petit, je suis entrée en contact avec des assistantes sociales, des mairies, etc. Aujourd’hui, notre champ d’action s’étend jusqu’à Schirmeck. Nous soutenons également des collectes pour le Togo, le Burkina Faso, etc. Nous avons des partenaires culturels comme Recycl’livres. Nous tissons des liens avec des artistes via la coopérative Artenréel. Dernièrement, la Clinique Saint-Luc m’a demandé de l’aide pour une famille hors Alsace. Ce sera une première.

 

Soutenir des familles pour les aider « à souffler »

LADE : Transition parfaite : via la Ressourcerie, vous soutenez en effet des personnes démunies et apportez une aide aux familles en difficulté. Comment ces personnes prennent contact avec vous et quelles solutions votre Ressourcerie peut-elle apporter ? Que peuvent faire également les citoyens qui aimeraient participer ?

Ce sont les assistantes sociales ou les structures sociales qui nous mettent en lien avec les familles démunies. Je pense que chacun a son métier. Elles sont plus à même d’accompagner les personnes que je ne le suis. La Ressourcerie permet juste de souffler ; de donner ce qui permet à chacun de garder sa dignité. Impossible pour moi de savoir qu’une personne dort par terre alors qu’il y a des lits jetés en déchetterie régulièrement !

Certaines personnes font oeuvre de citoyenneté en s’abonnant à la Ressourcerie. Cet abonnement s’accompagne d’une charte qui inscrit nos actions dans la durée. Les abonnés peuvent s’approprier une tâche (réparer, faire du tri sélectif, etc.) ou animer le lieu. Quoiqu’il arrive nous sommes d’égal à égal.

LADE : Les Ressourceries sont des lieux où l’on développe une économie qui a du sens, tourné vers l’humain et la préservation de son environnement. Nous faisons encore toutefois le constat qu’elles sont peu connues, comment expliquez-vous cela ?

Protéger l’environnement est souvent transmis de manière catastrophiste ou culpabilisante. Pourquoi ne pas rendre cette idée glamour, séduisante, attractive ? Bref, il est urgent de prendre du plaisir dans ce domaine. Moi j’en prends : avoir ce projet (et la vie qui va avec) c’est passionnant et TRÈS créatif. Je ne m’ennuie jamais !

 

Un grand merci à Elodie Pompey d’avoir répondu à nos questions. Retrouvez également notre article “Les Ressourceries : des vecteurs d’éco-citoyenneté” pour mieux comprendre ce secteur d’activité et “Au cœur des Ressourceries : le réseau national”.

 

Pour aller plus loin

Comment aider / apporter sa contribution à la Ressourcerie Aussitôt Fée ?

  • Vous pouvez apporter des biens (13 rue de la Boucherie à Molsheim, sur rendez-vous : la fée est toute seule et s’occupe de tout)
  • Vous abonner, pour apporter des fonds (20 euros/année pleine)
  • Devenir mécène
  • Devenir bénévole (les abonnés sont organisés en collectif et signent le Passeport Bénévole)
  • Participer aux appels (depuis le groupe et/ou la page Facebook)

Coordonnées

Élodie Pompey – ​Aussitôt dit… Aussitôt fée
Adresse : 13 Rue de la Boucherie, Molsheim (sur rendez-vous)
Mail : elodiepompey[at]hotmail.fr

Site et boutique

Boutique des livres de la Ressourcerie

    Laura Haas

Jetez-y un œil

Écologie/Nouveaux modèles économiques/Ça bouge !

10 septembre 2018

Le VRAC s’anime !

Nouveaux modèles économiques/C’est déjà demain

25 avril 2018

Mettre la RSE au cœur des achats

Thématiques/Écologie/Nouveaux modèles économiques/C’est déjà demain

25 janvier 2018

Le climat, mon entreprise et moi – 3 questions à Sophie Roy

Écologie/Respect de l'autre/C’est déjà demain

22 novembre 2017

Éco-Manifestations Alsace : interview de Lou Egret